Au Nigeria, les évêques face aux élections

Au Nigeria, les élections présidentielle, législatives et sénatoriales se tiendront le 16 février. L’épiscopat s’est plusieurs fois exprimé ces dernières semaines sur cet événement, en s’adressant aussi bien aux électeurs qu’aux candidats.

Les élections générales du 16 février au Nigeria préoccupent l’épiscopat qui ne cesse, depuis plusieurs semaines, de lancer des appels aux politiques et à leur électorat.

La province ecclésiastique de Lagos est particulièrement engagée sur cette voie. Fin janvier, elle invitait les Nigérians à combattre l’achat des votes. « Vendre son vote équivaut à vendre sa propre conscience », affirmaient les évêques de cette partie du pays dans une déclaration.

Au cours d’une conférence sur la bonne gouvernance organisée à Lagos, le 9 février, Mgr Alfred Adewale Martins, archevêque de Lagos, a insisté sur la nécessité pour les Nigérians de maîtriser « l’art de l’élection » et de choisir comme dirigeants, des personnes de valeur. À ses yeux, la démocratie nigériane est remplie de contradictions sociopolitiques qui ont laissé le pays au bord de l’effondrement, d’où l’importance de corriger le tir en faisant de bons choix.

Comme Mgr Martins, Mgr Ignatius Kaigama, archevêque de Jos (centre), et Mgr George Jonathan Dodo, évêque de Zaria, dans l’État de Kaduna (nord), se sont adressés à leurs compatriotes. Pour Mgr Ignatius Kaigama, le plus important est que les élections soient apaisées et justes. « Que tous ceux qui participeront aux élections fassent bien les choses, a-il exhorté, début février. Ne faites rien qui puisse causer de la violence et des crises. »

Mgr George Jonathan Dodo, évêque de Zaria, a, pour sa part, rappelé que les Nigérians ont la responsabilité de prendre leur carte d’électeur et de « l’utiliser pour aller voter pour le bien du Nigeria dans son ensemble ».

Please follow and like us:

Auteur de l’article : komi gbegbe